Nombre minimum de cas: une question épineuse …

Le nombre minimum de cas pour les hôpitaux divise les esprits. Ses défenseurs soulignent l’aspect de la qualité et de la sécurité, ses détracteurs craignent une médecine centralisée et une augmentation de la bureaucratie. Dans sa séance de janvier, le Comité directeur de l’ASMAC plaide pour une vision différenciée. Il garde surtout à l’esprit les conséquences pour la formation postgraduée de ses membres.

En savoir plus

Photo : Kzenon/Adobe Stock